Casino : les arnaques se suivent sans se ressembler

casino-arnaques-se-suivent-sans-se-ressembler

Lorsqu’il s’agit de jouer à moindre frais dans les casinos terrestres, certains joueurs ne sont jamais à court d’idées… allant même jusqu’à céder à la tentation de l’arnaque !

En matière de fraude, les joueurs ne sont jamais à court d’idées… Pour preuve les faits divers qui défrayent régulièrement la chronique sur le sujet. De l’arnaque subtile à l’escroquerie rustique, les aspirants arnaqueurs ont de l’imagination à revendre lorsqu’il s’agit de défier les lois de la probabilité. Ou de taquiner la chance à moindre frais.

Un curé ruine sa paroisse pour jouer

L’affaire, qui se déroule en Italie, est plutôt cocasse. Un prêtre de la banlieue de Venise a détourné pas moins de 500 000€ pour s’adonner au plaisir (enfin, péché, dans ce cas-là) des jeux d’argent dans un casino terrestre. Après avoir pioché dans ses deniers personnels jusqu’au dernier sou, le curé, joueur compulsif, s’est ensuite mis à se servir allègrement dans la caisse de sa paroisse. La supercherie a été démasquée suite à une pause du prêtre, pour raison de “fatigue”. Son successeur n’a évidemment pas tardé à remarquer un trou béant dans les finances. Le jugement (qui n’est pas divin) ? 2 ans de prison avec sursis pour détournement de fonds. Obligation de réparer le préjudice. Et thérapie forcée pour lutter contre cette addiction.

Un thermomètre d’aquarium, coupable d’un piratage

Les objets connectés ne sont pas toujours la panacée… Un casino en a récemment fait les frais, en découvrant que sa banque de données avait été piratée grâce à un thermomètre d’aquarium “intelligent” placé dans le hall d’entrée. La manœuvre n’a rien eu de compliqué pour cette équipe de hackers. Qui a réussi le plus simplement du monde à accéder, via le réseau, aux informations confidentielles des joueurs. Dont notamment celles des high rollers et des plus assidus de l’établissement (dont le nom n’a pas été dévoilé). Informations qui ont ensuite été orientées vers un serveur externe. Entre s’attaquer au système de sécurité et trafiquer un e-thermomètre (rarement protégé contre une éventuelle attaque)… les cybercriminels n’ont probablement pas hésité très longtemps.

Le Crow Casino de Melbourne victime d’une arnaque

La fine équipe se composait d’un croupier et de trois joueuses de baccarat. C’est le montant de leur forfait, sur un laps de temps trop court (431 000$ australiens en une cinquantaine d’heures de jeux sur un mois d’activité), qui a mis la puce à l’oreille du personnel de surveillance. C’est donc leur gourmandise qui a eu raison d’eux. Ici, pas de mode opératoire tordu. Le croupier véreux transmettait à ses complices certaines informations sur les cartes, permettant ainsi aux joueuses de miser en conséquence. D’où leur réussite fulgurante… Un peu trop, d’ailleurs, au goût de la sécurité, qui a épluché les caméras de vidéo-surveillance puis rapidement découvert le pot-aux-roses.

Avis des Joueurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription