Quand les jeux d’argent font dérailler…

quand-jeux-argent-font-derailler

La passion des jeux d’argent débouche parfois sur des histoires incongrues ou des faits divers malheureux, certains joueurs n’étant jamais à court d’idées pour obtenir davantage d’argent.

Le parcours d’un amateur de jeux d’argent en ligne ou terrestres n’est pas toujours un long fleuve tranquille… Et parfois, il peut même s’apparenter à un cours d’eau tumultueux. C’est notamment le cas des joueurs résistant difficilement (voire pas du tout) à la tentation du jeu ou de l’argent. Dans ces situations extrêmes, toutes les manœuvres sont bonnes pour prolonger le plaisir. Y compris les plus discutables, pour ne pas dire répréhensibles.

Un jeu de cartes truqué… à la radioactivité !

C’est un fait divers incongru : la police berlinoise vient de débusquer des arnaqueurs qui jouaient avec un jeu de cartes radioactif. Tout a commencé l’année dernière dans un centre de traitement des déchets, lors d’une simple inspection de routine. Une des bennes contenant la collecte d’ordures s’avère radioactive. Une rapide analyse en révèle la source : des morceaux de cartes à jouer. La police, prévenue, se met alors à fouiner, flairant tout de suite la supercherie. Et remonte jusqu’au coupable, qui pouvait identifier facilement les cartes irradiées, grâce à un détecteur de radioactivité. Une astuce qui n’est pas sans danger, puisque la dose d’iode 125 nécessaire pour marquer les cartes s’avère bien au-dessus de la norme.

Un joueur se crée un faux profil de prostituée pour soutirer de l’argent

Accro aux jeux d’argent, un jeune Dunkerquois d’une vingtaine d’années a trouvé un subterfuge original pour extorquer de l’argent à des inconnus. Pour assouvir sa passion du jeu, il a imaginé un stratagème peu orthodoxe : il a “emprunté” la photo de son ex afin de se créer un faux profil de prostituée sur Internet. Une fois au rendez-vous, l’indélicat en profitait alors pour encaisser d’avance une bonne centaine d’euros (= le prix de la passe). Inutile de préciser qu’aucun client n’a jamais vu la couleur d’une petite culotte. La plupart rebroussant chemin sans demander leur reste. Cette petite affaire lucrative s’est ainsi poursuivie pendant 2 ans, jusqu’à ce que l’un d’entre eux se rebiffe. L’indélicat, interdit de casinos en France et en Belgique, est accusé d’usurpation d’identité et d’extorsion.

Un Toulousain dérobe 100 000€ à son employeur

Ce trentenaire a bénéficié d’une peine clémente, puisqu’il a été condamné par le tribunal correctionnel de Toulouse à 18 mois de prison avec sursis. Avec obligation de rembourser intégralement les 102 081€ dérobés à son employeur Air France. Ainsi qu’une obligation de soins. Gérant les colonies de vacances, il avait à disposition la carte bancaire du comité d’entreprise. Ce qui lui a permis de piocher allègrement dans la caisse… destinée aux enfants des salariés. L’élément déclencheur ? Des gains de 50 000€ au casino Barrière de la ville. Qui l’ont incité à toujours dépenser plus, pour gagner plus. Et ce, jusqu’au point de rupture. À son actif : une centaine de retraits / paiements en faveur de l’établissement de jeux. Des transactions difficiles à camoufler…

Mot de passe oublié ?

/ Inscription