Jeux d’argent en ligne et terrestres : le pire de ces dernières semaines

jeux-argent-en-ligne-terrestres-pire-de-ces-dernieres-semaines

Lorsqu’il s’agit de jeux d’argent, joueurs comme opérateurs ne sont pas toujours raisonnables… Les faits divers de ces derniers mois en sont la preuve !

Les jeux d’argent apportent régulièrement leur lot de désillusions et de mésaventures… Et ces dernières semaines se sont avérées particulièrement chargées, avec des faits divers pas toujours reluisants.

Un ex basketteur américain pris la main dans le sac à une table de jeux

Un ancien basketteur des années 90 (notammant pour l’équipe des Chicago Bulls), Charles Oackley, a eu droit à une très mauvaise publicité récemment. La raison ? Une pratique peu glorieuse du jeu d’argent. Ou la technique (peu louable) du mauvais perdant (car sa fortune personnelle est estimée à une douzaine de millions de dollars). En effet, il a été pris en flagrant délit de triche à Las Vegas, alors qu’il jouait au Cosmopolitan Casino. Son tort ? Avoir essayé de subtiliser discrètement sur le tapis vert sa mise de 100$, perdante. Le croupier n’y a vu que du feu, mais pas les caméras de vidéo surveillance. La sentence est tombée la semaine dernière : charges abandonnées.

Un joueur court après son jackpot sur Betfred

1,7 million (et des broutilles) de £. C’est le jackpot décroché par un joueur qui misait au blackjack sur la version mobile du casino en ligne Betfred. Après avoir reçu la confirmation de ce pactole auprès du support, le petit chanceux part en vadrouille fêter l’événement avec des amis. En dépensant près de 2 500£. Malheureusement, quelques jours plus tard, il apprend que ce jackpot serait dû à un problème technique. Le couperet tombe alors : annulation pure et simple. Grand seigneur, l’établissement propose de lui rembourser les 2 500£ dépensées et de lui offrir, en échange de son silence, 60 000£. Le joueur va donc passer par la case « justice » pour faire valoir ses droits. L’argument de Betfred, à savoir un dysfonctionnement du logiciel, va-t-il convaincre le tribunal ?

Paris illégaux pour le mondial : un réseau chinois tombe sur WeChat

C’est l’une des plus importantes plateformes chinoises de messagerie, avec son milliard d’utilisateurs. Et elle servait involontairement d’opérateur à des milliers de parieurs clandestins. Des joueurs qui, par le biais des discussions de groupes, plaçaient illégalement leurs paris sportifs pour la coupe du monde de football. Après avoir découvert le pot-aux-roses et démantelé le réseau, WeChat a fermé près de 50 000 comptes et 8 000 discussions collectives. Le gouvernement a également brandi la menace de la sanction, si une telle pratique venait à se renouveler.

32Red négligent, écope de 2 000 000£ d’amende

Après LeoVegas et son amende de 600 000£, c’est au tour de 32Red de passer à la moulinette made in UK Gambling. L’autorité de régulation britannique a ainsi condamné ce casino en ligne à verser 2 millions de £, notamment pour ne pas avoir suffisamment appliqué le jeu responsable. Le cas qui a mis le feu aux poudres ? Un joueur compulsif qui a réussi, en deux ans et demi, à déposer plus de 750 000£ (pour un salaire mensuel d’environ 2 000£). Et ce, sans que l’établissement ne se penche sur l’origine de ces fonds. Alors même que ce joueur cumulait les incidents sur la plateforme. Une situation qui aurait dû mettre la puce à l’oreille de 32Red. Mais face à l’évidence (= addiction au jeu + provenance douteuse de l’argent déposé), celui-ci a préféré cultiver le déni. Une erreur de jugement qui lui coûte cher.

Une tante renie son neveu préféré pour un billet de loterie gagnant

Lorsqu’il s’agit d’argent (qui plus est lorsque la somme est conséquente), il n’y a plus ni ami ni famille qui compte. C’est l’expérience amère qu’est en train de vivre un jeune Canadien, poursuivit en justice par sa tante. Pour résumer : le ticket gagnant mentionne les deux noms et le numéro de contact renseigné est celui du neveu. Les responsables de la loterie ont donc cru bien faire en rédigeant deux chèques. Seulement, tata ne veut pas lâcher la moitié du pactole (qui est de 1,2 millions de dollars canadiens). Car si le nom de son neveu est spécifié sur le billet, c’est seulement pour lui porter chance, dixit l’intéressée. Celui-ci n’a donc pas à revendiquer 50% des gains… tout au plus 150 000$ d’après elle. Le tribunal sera-t-il de cet avis ? En attendant, la tante a pris ses distances avec ce neveu qu’elle considérait jusqu’alors comme son fils…

Plusieurs réseaux clandestins de vidéo poker démantelés en Pennsylvanie

La petite affaire familiale perdurait depuis près de 30 ans en Pennsylvanie. Mais leur réseau clandestin de vidéo poker vient de prendre fin, après leur avoir bien garni les poches. L’astuce ? Dispatcher des machines dans les clubs et bars (une vingtaine au total) de leur état. Les propriétaires de ces établissements étaient évidemment rémunérés (fixe + participation aux bénéfices) pour accueillir ces installations illégales et payer en espèces les gains des clients-joueurs. Même topo pour un quinquagénaire pennsylvanien, qui a amassé presque 10 millions en 10 ans, avec cette technique (plus d’une centaine de machines dans une trentaine de restaurants et de bars).

Mot de passe oublié ?

/ Inscription