Jeux d’argent : les dernières restrictions en Europe et à l’International

jeux-argent-dernieres-restrictions-en-europe-et-a-international

Ces derniers mois les restrictions législatives concernant les jeux d’argent, notamment en ligne, se sont succédées, à la plus grande déception des joueurs.

Le temps n’est pas au beau fixe pour les joueurs européens mais aussi internationaux, qui doivent faire face à un durcissement de la législation. Et ce, dans de nombreux pays. Interdiction de la publicité, gel de l’attribution des licences de jeu, blocage des opérateurs, fermeture des casinos ou des boutiques de paris sportifs… l’actualité est morose pour les amateurs de jeux de hasard.

Israël : blocage en vue de plusieurs plateformes de jeux

Israël n’a jamais caché sa volonté de restreindre considérablement l’accès aux jeux d’argent en ligne. Résultat de sa dernière campagne anti-e-casinos ? Le blocage, en forçant la main aux FAI, de plusieurs sites non autorisés. Et ce, en application d’une nouvelle loi datant de l’année dernière. Celle-ci donne ainsi aux autorités locales le droit de bloquer des sites impliqués dans le terrorisme, les activités criminelles (y compris économiques) et la publication de contenu à caractère pornographique. La fermeture de ces sites est néanmoins remise en question. Car les motifs invoqués restent obscurs… d’autant plus que certains ne traduisent pas le contenu de leur plateforme en hébreu. Une décision qui n’étonne personne, après l’interdiction d’utiliser la cryptomonnaie pour les joueurs, l’arrêt des machines à sous pour la loterie nationale et la disparition des paris sur les courses.

Albanie : vers une interdiction des bureaux de paris sportifs ?

L’annonce est récente. Le gouvernement albanais souhaite interdire définitivement sur son territoire les quelques 4 000 bureaux de paris sportifs à partir de janvier 2019. La raison ? Lutter contre les pratiques illégales qui touchent le secteur des jeux d’argent. Mais aussi réduire la dépendance au jeu, dont les conséquences sociales sont considérables pour le pays (un des plus pauvres d’Europe). Par ailleurs, des sanctions ont d’ores-et-déjà été prévues à l’égard des médias qui continueraient à diffuser des publicités incitant aux jeux d’argent. Pour l’instant, cette décision n’en est qu’au stade de projet de loi. Mais ce dernier doit passer devant le parlement, qui sera peut-être sensible à l’argument économique (les taxes sur les paris empochées par l’État dépassant la cinquantaine de millions).

Philippine : les jeux d’argent persona non grata

Ces derniers mois n’ont pas été de tout repos pour les joueurs philippins. Tout a commencé par le gel de l’attribution des licences de jeux, afin de limiter l’expansion de cette activité sur le territoire. Puis leur organisme de régulation PAGCOR a, en moins d’un an, interpellé plus de 2 500 joueurs de la région de Bicol pour pratique illégale de jeux d’argent (principalement en ligne), saisi plus de 400 000 pesos et intenté près de 800 procès en justice. Et enfin, leur président, non content d’afficher son hostilités vis-à-vis des jeux de hasard, a décidé d’enfoncer le clou. En lançant un moratoire à propos de deux futures constructions casinotières, pourtant prévues de longue date. Sans compter la demande de fermeture, fin octobre, des casinos de l’île de Bocaray. Bref, c’est l’ouverture de la chasse aux jeux d’argent aux Philippines !

Pays-Bas : la décision du Sénat se fait désirer

Le projet de loi sur la légalisation des jeux d’argent en ligne a depuis longtemps été approuvé par la Chambre basse. Mais côté Sénat, c’est une toute autre histoire. Puisque le dossier traîne depuis 2 ans sur le bureau. Une situation qui indispose non seulement le président dudit organisme de régulation, mais aussi les joueurs néerlandais. Sans compter que les opérateurs commencent à trouver le temps long… D’autant plus que son étude devait reprendre après les vacances parlementaires d’été. Or, nous sommes en novembre et aucune ratification ne semble se profiler à l’horizon.

Italie : la publicité interdite dès janvier sur les jeux d’argent

Pour limiter les risques d’addiction liés aux jeux de hasard, le gouvernement italien a promulgué un décret interdisant, à partir de janvier 2019, toute publicité promotionnelle incitant à jouer de l’argent. Une décision qui soulève bien des protestations, avant même sa mise en place. Le premier camouflet vient d’ailleurs de l’agence de santé italienne. En effet, celle-ci se base sur une enquête d’envergure pour affirmer que cette interdiction n’aura pas d’impact significatif sur la réduction du nombre de joueurs compulsifs. Car seulement 19% des joueurs italiens auraient été influencés par la publicité.

Espagne : bis repetita vers une interdiction de la publicité des jeux d’argent ?

S’inspirant de son voisin transalpin, l’Espagne veut lui emboîter le pas. Il faut dire que l’Espagne se classe 1er pays d’Europe en matière de participation aux jeux de hasard. 75% des Espagnols ayant joué au moins une fois au cours des douze derniers mois. Pour limiter les dégâts, le gouvernement ibérique a donc exposé un plan d’action visant également à limiter la publicité pour ce genre d’activités. Le projet a d’ailleurs déjà été soumis à l’approbation de l’Union européenne, via le budget prévisionnel espagnol de 2019. Les restrictions imposées au secteur seraient semblables à celles mises actuellement en pratique pour l’industrie du tabac.

Avis des Joueurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription