La législation des jeux d’argent évolue (sauf en France)

legislation-jeux-argent-evolue-sauf-en-france

La législation des jeux d’argent évolue un peu partout en Europe et dans le monde, pour le meilleur mais aussi pour le pire, du côté des joueurs.

Pour l’instant, rien de bien nouveau quant à la modification (tant espérée) de la législation française… Les clubs de jeux parisiens s’incrustent tout doucement dans le paysage (fin avril, le tout premier a élu domicile rue Marbeuf, sous la bannière Tranchant). Tandis que le Conseil des ministres va passer à la moulinette la privatisation de la FdJ. C’est donc plutôt ailleurs qu’il faut jeter son dévolu, car les jeux d’argent sont actuellement au cœur des préoccupations de quelques nations. Pour le meilleur… mais surtout pour le pire.

L’Amérique… futur Eldorado des paris sportifs ?

Jusqu’ici, seuls 4 sur 50 de ses états (à savoir le Montana, le Delaware, le Nevada et l’Oregon) pouvaient proposer des paris sportifs aux amateurs… Mais mi-mai à Washington, les juges de la Cour suprême ont aboli la loi de 1992 à l’origine de cette interdiction. Au motif qu’elle était anti-constitutionnelle (sans compter qu’elle favorisait le marché illégal). Une décision pour laquelle se battait l’ancien gouverneur républicain du New-Jersey depuis plusieurs années. Il faut dire que cette interdiction paraissait injuste. En effet, si les paris sportifs étaient bannis, les loteries et autres jeux d’argent étaient quant à eux autorisés un peu partout sur le territoire. Bref, les opérateurs tirent déjà des plans sur la comète… et on comprend bien pourquoi, le marché s’annonçant particulièrement juteux !

L’Arménie, de plus en plus intransigeante

L’Arménie veut protéger ses joueurs les plus vulnérables, à savoir les jeunes. Son Assemblée nationale a ainsi adopté plusieurs amendements concernant la loi sur les casinos en ligne et terrestres. De 18 ans, l’âge minimum pour jouer au poker ou placer des paris passera à 21 ans. Et pour obliger les établissements de jeux d’argent à respecter cette restriction, le montant des amendes a été revu à la hausse. 4 000$ pour la 1ère infraction (contre 207$ auparavant). Puis 10 400$ pour une seconde infraction et 20 800$ pour une troisième. Une quatrième entorse au règlement en moins d’un an ? Ce sera alors le retrait immédiat de la licence. Avec en prime une sanction financière de 1 000 000$.

Le Japon s’ouvre précautionneusement aux jeux d’argent

Les jeux d’argent se font difficilement une place au Japon. Il faut dire que le gouvernement n’a pas envie que la population cède à la frénésie du jeu. Il a donc accepté l’idée que des casinos puissent enfin s’implanter sur son territoire… Mais à condition de se plier à des exigences plutôt strictes. Notamment en matière de fiscalité, avec une taxation peu attractive (taux d’imposition de 30 à 50%, selon les revenus). En outre, les casinotiers devront respecter une superficie maximale pour les salles de jeux. Quant au joueur, il sera lui-aussi soumis à des restrictions. Le nombre de ses visites sera ainsi limité à 10 entrées par mois (3 par semaine maximum) dans les établissements concernés. Et il devra impérativement s’acquitter d’un droit d’entrée.

Les applications de poker bientôt interdites en Chine

La rumeur enfle : l’interdiction en Chine des applications de poker pourrait être effective à partir du 1er juin. Les amateurs chinois de poker en ligne devront donc probablement faire une croix sur leur jeu d’argent favori. Car les applis dédiées à ce divertissement seront interdites de territoire. Le gouvernement en aurait ainsi décidé, afin de définitivement mettre un terme à cette pratique pourtant illégale… Mais dont la progression est difficile à enrayer, en raison de sa popularité. Signe évident du malaise : plusieurs opérateurs n’ont pas attendu l’annonce officielle. Ils ont pris les devants en retirant sur le champ leurs applications. Une décision incompréhensive, dans la mesure où le gouvernement chinois vient d’autoriser quelques petites digressions concernant les courses de chevaux et la loterie sportive… du côté de la province d’Hainan.

2£ : c’est maintenant le montant de la mise maximale des FOBTs en Grande-Bretagne

Après une réflexion intense de plusieurs mois sur la mise maximale des Fixed Odds Betting Terminals, le couperet est tombé : 2£ par pari et pas davantage. Un camouflet pour les amateurs, qui pouvaient auparavant parier jusqu’à 100£ par coup. Mais c’est la pression sociale et politique qui l’a emporté. Car les FOBTs sont un véritable gouffre financier pour certains joueurs compulsifs, qui n’hésitent pas à mettre en péril l’équilibre de leurs finances pour quelques parties de plus. Bref, si cette mesure préventive ne fait pas l’unanimité auprès des principaux intéressés (à savoir les parieurs et les bookmakers), elle est évidemment saluée du côté des associations de prévention. Néanmoins, cette modification ne se fera pas du jour au lendemain puisque le gouvernement ne prévoit pas sa mise en place avant 2 ans. Un sursis pour les opérateurs, certains engrangeant plus d’une centaine de millions chaque année grâce à cette activité.

Avis des Joueurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription