Les flops des jeux d’argent en ligne et terrestres

flops-jeux-argent-en-ligne-terrestres

Les jeux d’argent provoquent parfois des réactions inconsidérées : la preuve avec ces histoires insolites qui ont marqué l’actualité du secteur récemment.

La vie d’un joueur ou d’un opérateur n’est pas toujours un long fleuve tranquille, que ce soit sur le marché terrestre ou en ligne. La preuve avec ces histoires insolites qui ont marqué l’actualité du secteur ces dernières semaines… Jamais pour le meilleur mais toujours pour le pire !

Le jeu Monopoly de Mc Donald’s : une vaste arnaque ?

24 millions de dollars sur plusieurs années de fraude. C’est le montant qu’un responsable de la sécurité chez Mc Donald’s a réussi à subtiliser au nez et à la barbe de tout le staff… Avant qu’un responsable de communication n’intervienne en alertant les fédéraux. Une affaire délicate pour le leader des burgers. D’autant plus qu’il s’agit de son incontournable jeu Monopoly, où les clients américains et canadiens peuvent décrocher de superbes lots (prix d’un million de $, Dodge Viper…). Mais apparemment, les dés étaient pipés d’avance !

En effet, le fameux lascar, en charge de la distribution des vignettes de ce célèbre jeu de grattage, avait élaboré un plan machiavélique ! Il récupérait les tickets gagnants à forte valeur afin de les revendre à son réseau, constitué au fil du temps. Pendant une douzaine d’années, il a ainsi reçu de substantielles commissions. Pire encore : une fois passé à table, le coupable a avoué que l’entreprise en charge de l’attribution des tickets s’arrangeait pour qu’aucune vignette gagnante n’atterrisse dans un fast-food du Canada. C’est pourquoi, depuis 2001, aucun consommateur canadien ne s’est distingué avec ce Monopoly signé Mc Donald’s. Les mauvaises idées germent dès qu’il y a de l’argent en jeu…

Un mineur finlandais détourne 250 000€ sur un casino en ligne

Le nom de l’établissement n’a pas été dévoilé mais il possède une licence maltaise. Un jeune ado, alors âgé de 17 ans au moment des faits, a réussi à hacker un casino en ligne. Montant du détournement de fonds ? 250 000€ en à peine un mois. Grâce à un bug qui lui a permis de neutraliser la sécurité du système, ce crack en informatique a pu avoir accès aux retraits en cours. Argent qu’il a ensuite réexpédié sur son portefeuille électronique. Ses parents, dans la combine, en ont d’ailleurs empoché une partie. Outre cette faille, une autre question se pose : comment se fait-il que le casino incriminé n’ait pas réagi avant ? 1 mois à détourner des retraits, c’est long, très long… et les victimes (près de 150) devaient se manifester régulièrement auprès du support !

Une aide-ménagère normande vide le coffre-fort d’une nonagénaire pour jouer

Plus de 20 000€ subtilisés au fil des mois. C’est une somme conséquente pour cette employée qui ne se contentait pas de faire le ménage chez la personne âgée (de 94 ans !) qui l’employait. C’est la fille de la victime qui a découvert le pot-aux-roses : le coffre-fort de sa mère, dans lequel était stocké près de 30 000€ en espèces, était quasiment vide. Prévenue tout de suite, la police a rondement mené ses investigations, s’orientant rapidement vers l’aide-ménagère aux dépenses et transactions bancaires extravagantes. En effet, celle-ci effectuait des virements contrastants avec son salaire sur les comptes de son fils et de sa belle-fille. Argent qui était dépensé principalement dans les jeux à gratter. La coupable a également avoué avoir joué au casino ainsi que sur des plateformes de jeux d’argent en ligne.

Des soupçons de blanchiment d’argent sur le cercle de Clichy

Ils ont fermé les uns après les autres… Clichy Montmartre étant le seul à avoir réussi là où tous les autres avaient échoué. Mais ce dernier et irréductible cercle est aujourd’hui dans la tourmente. Car des soupçons de fraudes, dissimulation de travail en bande organisée, recel d’abus de confiance et blanchiment d’argent pèsent sur les frêles épaules de son responsable… C’est ainsi qu’en juillet, plusieurs interpellations (dont 9 garde-à-vue) ont eu lieu. D’ailleurs, il se susurre même que le « survivant » pourrait bel et bien fermer ses portes. Une affaire qui tombe à point nommé, le premier club de jeux (celui du groupe Tranchant) ayant ouvert ses portes à la même période. Fait aggravant : son ardoise de 2 millions d’euros auprès du Fisc. Son avenir (y compris en tant que société commerciale, son futur statut envisageable) risque donc d’être compromis…

Un ex-curé suisse surendetté à cause du jeu

Plus d’1,4 millions de francs suisses : c’est la somme empruntée depuis 2011 par cet homme d’église « retraité » à une cinquantaine de ses anciens paroissiens. La raison de ces prêts ? Une addiction aux jeux d’argent. Qui, après 2 décennies de bons et loyaux services, a causé sa démission (forcée) et la levée de ses fonctions dans la paroisse. L’ex-curé est actuellement suivi médicalement pour soigner sa dépendance. Ses fidèles, pas rancuniers pour deux sous, ont d’ailleurs organisé une collecte participative pour venir en aide à cette brebis égarée, en récoltant des fonds.

Les joueurs québécois ne savent plus sur quel pied danser

Il y a à peine un mois, la Cour supérieure du Québec rejetait le projet de loi imposant le blocage des URLs des opérateurs internationaux (pour préserver le monopole de Loto-Québec). La raison du refus ? L’inconstitutionnalité de la demande. Mais la semaine dernière, nouveau coup de tonnerre dans le paysage des jeux d’argent en ligne : le gouvernement québécois tente un nouveau coup de Trafalgar. En effet, celui-ci fait appel de cette décision. Et ce, malgré le fait que les FAI refusent catégoriquement de mettre en pratique ce blocage (visant plus de deux milliers de sites), onéreux et inutile (l’interdiction se contournant facilement). La Cour supérieure va-t-elle céder ? Rien n’est moins sûr…

Des joueurs clandestins de poker détroussés dans le Val-de-Marne

Des amateurs de poker organisaient régulièrement des parties clandestines dans un local désaffecté. Alléchés par de l’argent facilement gagné, deux compères ayant eu vent de ces tournois illégaux ont décidé de faire une descente, armés d’une bombe lacrymogène et d’une arme. Ils ont ainsi raflé le pactole de la soirée, soit 10 000€. Sans compter les portables, qui ont également été saisis. Mais les deux malfrats ont mal apprécié la situation : les joueurs dépouillés, plutôt que de faire profil bas en raison du caractère illégal de ces parties, se sont manifestés auprès de la police. Et leur trace a été retrouvée, en localisant l’un des téléphones volés.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription