Les flops des jeux d’argent : quelques faits divers plutôt cocasses

Ces dernières semaines, les faits divers cocasses concernant les joueurs et leurs travers avec les jeux d’argent se sont succédés, souvent pour le pire.

En matière de jeux d’argent, il n’y a pas que les opérateurs qui peuvent être à blâmer. Car il arrive aussi parfois que les joueurs basculent du côté obscur de la force. Jusqu’à se retrouver dans des situations pour le moins surprenantes. Voire carrément révoltantes.

Les yeux plus gros que le ventre

L’histoire se déroule à Las Vegas, au Mandela Bay, en 2015. Un joueur malchanceux reçoit sur la tête un panneau publicitaire ayant chuté de plusieurs mètres. Conséquences : blessures corporelles et lésions cérébrales. Sans compter l’incapacité de travail. Le malheureux a donc engagé un avocat afin de plaider sa cause (à savoir une demande de dommages & intérêts d’un montant de 35 millions). Conscient de sa responsabilité, le casino a alors proposé un arrangement à l’amiable, en soumettant à la victime un dédommagement de 2,5 millions de $. Qui a refusé, portant ainsi l’affaire devant les tribunaux. Mal lui en a pris, puisque les jurés ont revu ses indemnités à la baisse, lui accordant « seulement » la somme de 524 000$. La raison : le plaignant aurait considérablement exagéré ses blessures pour soutirer un max.

Deux bonnes sœurs détournent ½ million pour jouer

La principale d’une école catholique californienne, religieuse, a détourné près de 500 000$. En encaissant des chèques destinés à l’établissement scolaire dans lequel elle travaillait. La nonne n’officiait d’ailleurs pas seule mais avec son amie, elle aussi bonne sœur de son état. Et cette petite affaire roulait depuis une dizaine d’années environ. La cause de ce détournement d’argent ? Le jeu. En effet, les deux copines s’adonnaient régulièrement à des séances de jeux dans les casinos du Las Vegas Strip. Séances qui nécessitaient d’avoir des liquidités conséquentes. C’est leur départ en retraite, suivi d’un audit, qui a permis de dévoiler le pot-aux-roses.

Une joueuse toulousaine détourne la pension de son frère handicapé

Pendant plusieurs années, une Toulousaine quadragénaire a dépensé au casino la pension d’invalidité de son frère, lourdement handicapé depuis 2002 suite à un grave accident. La joueuse, tutrice légale depuis 2005, a profité de cette situation pour retirer régulièrement de l’argent sur le compte de son parent, afin de le miser. Elle aurait ainsi perdu plus de 140 000€ en une décennie. Et ce, sans que quiconque dans son entourage ne s’aperçoive de sa dépendance au jeu. Plus inquiétant : les autorités chargée du contrôle des tutelles ont mis 10 ans pour découvrir la vérité, après avoir nommé une nouvelle tutrice. Quant à l’indélicate, elle a tout perdu (y compris sa famille et son appartement). Mais elle doit néanmoins rembourser l’intégralité de l’argent volé.

Un père de famille parie et perd son fils de 3 ans

Les faits se sont déroulés le mois dernier en Inde, dans un petit village. Le père, un joueur enragé, n’a rien trouvé de mieux, après avoir perdu tout son argent au jeu, que de parier sa descendance. En l’occurrence son jeune fils âgé de 3 ans. Heureusement, le gagnant, résidant au village voisin, est reparti les mains vides. Mais seulement parce que les riverains sont intervenus, en prévenant le chef de tribu. Qui a fait office de juge, imposant à chacun des deux joueurs une pénitence plutôt clémente : des excuses publiques ainsi qu’une série d’abdominaux ! Espérons que l’humiliation de ce gage leur serve de leçon…

Un député canadien démissionne en raison d’une dépendance aux jeux d’argent

Il y a quelques semaines, un député du parti libéral a annoncé publiquement sur les réseaux sociaux qu’il songeait sérieusement à se retirer de la vie politique. En précisant la raison : son addiction pour les jeux d’argent. Car ce spécialiste du droit et des finances est un grand amateur de blackjack. Un passe-temps incompatible avec la Chambre des communes. D’autant plus que le politicien, compulsif, a laissé une ardoise considérable de plusieurs millions derrière lui, après avoir emprunté à sa famille, ses amis… Des dettes qui ont mis la puce à l’oreille de la gendarmerie royale du Canada, en pleine enquête pour crime organisé et terrorisme. Néanmoins, ce joueur n’a pas perdu le nord : il ne se prononcera définitivement que l’année prochaine sur son avenir politique…

Mot de passe oublié ?

/ Inscription