Les opérateurs de jeux d’argent toujours dans la ligne de mire des régulateurs britanniques

operateurs-de-jeux-argent-toujours-dans-la-ligne-de-mire-des-regulateurs-britanniques

Le régulateur britannique ne chôme pas depuis quelques derniers mois : après GVC Holdings et William Hill qui ont écopé d’amendes salées, c’est au tour de Pokerstars, LeoVegas et Skybet d’être sanctionnés pour ne pas avoir respecté la réglementation.

Ces dernières semaines, les opérateurs de jeux d’argent en ligne n’ont pas été à la noce. D’abord William Hill et son amende mirobolante à 6 200 000£ pour négligence. Suivi de GVC Holdings avec sa prune à 350 000£ pour un faux bonus gratuit. Et après à peine un mois d’accalmie, ce sont trois autres opérateurs qui ont rejoint le rang des mauvais élèves affublés du bonnet d’âne. Pour commencer, SkyBet a écopé d’une amende de 1 million de £. Puis Pokerstars a subi la censure pour une publicité. Enfin, LeoVegas va devoir verser 600 000£ pour manquement à ses obligations.

Skybet doit se délester de 1 000 000£

L’opérateur a eu la mauvaise idée d’envoyer des mails et SMS promotionnels à des milliers de joueurs auto-exclus. Parmi eux, plusieurs centaines, carrément interdits de jeux, ont même pu se ré-inscrire dans la foulée. L’United Kingdom Gambling Commission (la Commission des jeux en ligne britannique) n’a pas vraiment apprécié la manœuvre. Pour cette éthique professionnelle discutable, SkyBet se voit donc sanctionner d’une amende de 1 008 600£. Un montant salé qui reste pourtant raisonnable par rapport à la gravité des faits. À savoir tenter des joueurs vulnérables. La raison en est simple : c’est l’opérateur lui-même qui a pris les devants, en signalant sa bévue au régulateur.

Une publicité de Pokerstars censurée

Toujours au Royaume-Uni, une publicité de l’opérateur Pokerstars vient d’essuyer un blocage en règle. Une censure que l’on doit à l’Advertising Standards Authority (ou ASA). Le motif ? Le spot publicitaire en question a été jugé dangereux pour les joueurs débutants. Vous l’avez sans doute déjà visionné, puisqu’il a été lancé à l’échelle internationale sur les chaînes télévisées. Il s’agit d’un joueur débutant qu’une voix off rassure sur ses capacités à parier au poker « si tu peux te mentir à toi-même, tu peux bluffer n’importe qui ». Pour l’ASA, cette publicité est tout bonnement immorale, car elle incite à la manipulation (= tromper les autres participants pour gagner). De plus, elle est mensongère : il ne suffit pas de bluffer pour être un bon joueur de poker. La publicité a donc été bloquée, malgré les protestations de Pokerstars.

LeoVegas écope d’une amende de 600 000£

Dernièrement, l’UK Gambling a remis les couverts, en gratifiant l’opérateur LeoVegas (pourtant parmi les plus réputés du marché) de 600 000£ d’amende… La raison n’est pas très glorieuse : l’opérateur n’aurait en effet pas remboursé l’argent disponible sur le compte-joueur d’environ 12 000 auto-exclus ! Dont plusieurs avaient tout de même un solde affichant plus de 10 000£… Pire encore : des centaines de ces addicts ont pu ré-activer immédiatement leur compte afin de rejouer, sans que l’opérateur leur impose un délai de réflexion (pourtant nécessaire). D’autres ont également reçu des messages promotionnels malgré leur exclusion. Outre cette sanction financière, l’opérateur a remboursé les fonds stagnants à leurs propriétaires et promis de faire une donation à des œuvres caritatives.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription